Posté le 17 avril 2019 - À la une - Actualités du Portage Salarial

La majorité des cadres serait prêt à quitter le salariat classique.

Priorités des cadres

  • Régularité de revenu,
  • Qualité du travail accompli, se sentir utile
  • Exercer un métier qui a du sens
  • Progresser, développer ses compétences
  • Autonomie

sont quelques éléments jugés importants par les cadres dans le travail.

Malgré un attachement fort au salariat, 57 % pourraient dans l’absolu envisager de renoncer au salariat classique

Le portage salarial bénéficie d’une bonne image auprès des cadres

Le portage salarial : une notoriété relativement importante

75 % des cadres qui connaissent le portage salarial en ont une bonne image

Déléguer l’administratif et bénéficier d’une protection sociale les deux atouts perçus du portage salarial

65 % des cadres considèrent que le portage salarial peut répondre aux aspirations des salariés.

Les raisons de vouloir sortir du salariat classique sont bien connues :

  • Envie de redevenir acteur de sa vie professionnelle
  • Etre maître de son temps et de son organisation de travail

La part des cadres indiquant qu’ils ont une bonne image du portage salarial décline avec l’âge, pour aller de 82 % pour les moins de 30 ans à 66 % pour les cadres âgés de 50 ans et plus.

Ce qui peut s’expliquer par le fait que les formes d’emploi alternatives au salariat sont plus souvent subies que choisies pour les cadres demandeurs d’emploi de 50 ans

bonne image du portage salarial

Les cadres jugent a priori facile la transition vers le portage salarial

Les cadres pensent que cette forme d’emploi va se développer

Près de trois cadres sur dix se projettent dans le portage salarial dans les trois ans à venir. Près de la moitié des cadres au chômage envisagent de travailler sous ce statut contre 27 % des cadres en activité.

Le portage salarial est envisagé plus fréquemment (28%) que d’autres formes d’emploi comme le micro-entrepreneuriat ou les groupements d’employeur (34 %),  les entreprises à temps de travail partagé (27 %) ou les coopératives d’emploi et d’activité (21 %)

Les trois quarts des cadres interrogés se projetant dans le portage salarial estiment que cette transition serait facile.

Ce choix est   jugé plus facile à l’entrée et à la sortie de la vie professionnelle : 77 % des moins de 30 ans et 78 % des 50 ans et plus estiment que cela serait facile

Pour les plus âgés, il y aurait quelques facteurs déclencheurs :

  • Un licenciement
  • Une volonté d’autonomie
  • Une envie de progresser dans son métier, voire de tenter une nouvelle activité

cas favorables au portage salarial

En conclusion

Même si les cadres évoquent les inconvénients de ce statut, comme l’incertitude à trouver des missions, près des deux tiers des cadres estiment que le portage salarial peut être une réponse aux aspirations des salariés.

Pour lire l’étude complète :  Etude APEC commandée par le PEPS

Chantal Dégeil




Laisser un commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *